By / article

LE JEU DU CHAOS : UN JEU INFINI

Lorsque l’ensemble des règles d’un Jeu ne semble plus fonctionner selon les modèles éprouvés, connus et reconnus, force est de constater que ces modèles sont en cours de péremption rapide : déstabilisation interne de l’essence même de ce Jeu.
Tant que de nouvelles règles du Jeu, globales, valables pour tous les joueurs et reconnues, validées par eux, n’auront pas été créées, le Jeu peut devenir incohérent et dramatique.

La danse de l’ordre et du désordre.

Pour qu’une nouvelle stabilité émerge, et qu’un nouveau Jeu apparaisse, intégrant une plus grande complexité dans ses règles, et puisse permettre aux joueurs survivants de réintégrer la Partie, une période de transition chaotique exige d’être traversée, et transformée. Eh bien nous sommes en plein dedans, n’est-ce pas ! Cette période de transition nécessitera la transmutation de l’ordre ancien, des règles périmées, ainsi que des ressources apportées par le désordre revitalisant.

Irruption du chaos.

Lorsque, parallèlement au bouleversement des règles du Jeu, les lois connues et admises qui semblaient régir l’univers dans lequel se jouaient les multiples jeux, se trouvent rapidement caduques, alors les Jeux ne peuvent plus être joués. Le terrain de Jeu devient méconnaissable et menaçant. L’environnement apparaît infiniment plus complexe que la capacité d’y faire face. Alors, l’état de chaos apparaît dans l’interface entre le Projet du Jeu et son environnement. Les comportements n’étant plus régulés, le retour aux attitudes archaïques binaires est observé dans des espaces de plus en plus vastes et renforce l’impression de chaos.

Dans l’œil du cyclone.

Pendant que des territoires entiers de l’esprit sont envahis et dévorés par la peur, une partie calme du cerveau humain se pose, face au grandiose du spectacle, les questions suivantes :

En quoi ce chaos est-il porteur de nouvelles ressources ?

Comment, au cœur du désordre, inventer de nouvelles règles du Jeu ?

Quelles régularités singulières et complexes sont à l’œuvre ici et régissent cette irruption de mouvements sauvages ?

Quelle sagesse naturelle, encore inconnue, tente d’émerger de cela ?

Qu’y a-t-il en tout ceci à découvrir ?

Apprivoiser le chaos.

Le Jeu du Chaos, né de lui-même, dans son action déstructurante, impose à l’esprit attentif de nouvelles formes d’apprentissage, un rapport aventureux à la découverte d’éléments stabilisateurs d’un ordre plus élaboré. La relation attentive et paisible au chaos devient source de connaissances nouvelles : les aptitudes à s’accommoder à de très fortes doses d’incertitude permettant d’assimiler des perturbations extrêmes deviennent des ressources précieuses.

Le jeu, qui, dans son essence même semblait avoir disparu, le Jeu semble alors, ô paradoxe, renaître de l’assimilation des contraintes qui tendaient à le détruire.

L’environnement s’invite dans la Partie.

Les jeux connus jusqu’alors, offraient à la sagacité des joueurs des problèmes internes à leur structure

propre. Aujourd’hui il apparaît qu’ils n’offrent plus, ne permettent pas, interdisent, (c’est la nature même de ces jeux) de mettre en cause leur forme-structure inamovible, établie. De créer, en somme, un problème au jeu lui-même qu’il puisse intégrer et résoudre.

Ces types de jeux devaient s’isoler d’un environnement qui ne leur serait pas propice.

L’environnement créé pour le jeu devait le protéger de toutes perturbations. Cette protection défensive ayant volé en éclat, l’environnement devenu chaotique impose un nouvel ordre dans les règles du jeu à venir, sa Participation directe au jeu lui-même.

Apparition de l’Incertitude.

Condition essentielle à la reprise de la Partie, la participation du Chaos au jeu implique des périodes de restructurations des règles fondamentales, à partir d’une règle de niveau plus élevé : l’incertitude est devenue partie intégrante des données de base, non plus dans le déroulement du jeu, mais dans ses composantes mêmes.

Ce qui peut se définir ainsi : plus les joueurs sont aptes à gérer de l’incertitude, introduite à des fréquences imprévisibles par le chaos dans l’évolution des règles, plus ils sont à même de manier des logiques floues dans la production de résultats précis quant à leur progression dans l’univers du jeu.

Le gain ne nécessite plus l’assassinat des autres joueurs.

Une implication inattendue et difficile à intégrer par les tenants des anciens jeux, et qui en condamnera certains à ne pouvoir intégrer les jeux qui commencent à installer leur suprématie, c’est la prémisse qui impose comme règle nouvelle que l’avantage concurrentiel s’acquière non par la perte des autres joueurs, mais par le gain qu’un joueur saura favoriser pour les autres joueurs.

La raison en est simple : étant donné que l’environnement n’est plus externe au jeu, mais qu’il est constituant du jeu lui-même, le jeu, les joueurs, l’environnement et le chaos devenu créateur sont alors les composantes d’un jeu qui se renouvelle en permanence de façon apparemment aléatoire.

L’Aléatoire, à son tour, s’introduit dans le jeu.

En modélisant et en dégageant du chaos émergent des régularités qui peuvent alors générer de nouvelles règles, pour survivre au cours de la partie, et pour intégrer dans cette co-opération la compétition nécessaire à l’évolution du jeu, les joueurs avertis augmentent leur capacité à transformer le chaos perturbateur des règles déjà élaborées, en Aléatoire, condition même de l’essence du jeu, et en coopérant avec les autres joueurs.

L’intelligence collective trouve ici ses fondements essentiels.

En fait, jouer serait être pro-actif. Ne pas jouer, être passif-réactif.

Risque de collision assuré.

Vivre, survivre, ou mourir : un horizon à 3 dimensions.

Car le seul adversaire à vaincre, c’est la baisse ou la perte d’équilibre entre l’aptitude des joueurs à transformer l’irruption permanente du chaos et la chance qu’ils peuvent favoriser par leur solidarité entre joueurs : condition de leur survie individuelle, pour vivre le jeu pleinement.

Si vous pensez que la vie n’est pas un jeu, vous courez le risque d’être un jouet pour les joueurs des jeux anciens … qui possèdent le pouvoir de se jouer de vous, à vos dépends.

Puisque vous jouez, sans le savoir, selon les mêmes règles qu’eux « si tu veux pas jouer le jeu, t’es joué ».

Cette disposition d’esprit est « idéale » pour aborder les concepts et les applications pratiques du Paradigme Ariane qui expose et enseigne les prémisses de ces nouveaux jeux de vie.

2 Comments

  1. Eva 7 décembre 2016

    Brillant ! L’écrin est maintenant la hauteur du joyau …

  2. Christophe 10 janvier 2017

    La vie est trop sérieuse pour la prendre au sérieux.
    Alors jouons

Comments are closed.