By / coachingManagementPerformanceQualité de vie au travail

Quand la chaîne de décision de nos organisations est insuffisamment organisée : la responsabilité individuelle se délite et l’efficacité globale en pâtit

quand la chaîne de décision de nos organisations est insuffisamment organiséeOn parle beaucoup de bien-être au travail, d’améliorer les conditions de travail… Une cause de mal être à laquelle on ne pense pas toujours et dont les conséquences sont multiples : les difficultés à articuler concrètement les différents maillons de la chaîne de décision. En fait, tout simplement savoir qui décide de quoi.

 

Nos entreprises ont beaucoup évolué. Les processus qualité, et les formes d’organisation, ont changé. La responsabilité de certains projets n’est pas forcement reliée avec une position hiérarchique, ce qui entraine des flous au niveau des décisions. Une des conséquences est l’apparition de tensions relationnelles au sein des équipes, une autre de ralentir la mise en œuvre des projets.

Ces flous sont des lieux de difficulté, d’autant plus que les rythmes de développement d’un projet et d’un mode de fonctionnement au quotidien sont souvent différents.

 

De l’insuffisance d’articulation entre les niveaux de décision : stratégiques, organisationnels ou opérationnels naît le flou décisionnel qui nuit à une gouvernance équilibrée

l'insuffisance d'articulation entres less niveaux de décision
Quand les périmètres sont flous, on se renvoie la balle : c’est toujours l’autre qui… Quand ils sont trop détaillés, il ne peut y avoir d’initiative ni d’adaptation à l’inattendu. Dans les deux cas cela génère de la frustration, et une fuite de l’engagement.

Le défi consiste à articuler harmonieusement les deux démarches par voie hiérarchique et par projet pour qu’elles s’enrichissent l’une l’autre.

Il est pratique de penser que le chef décide de tout. Cela permet de n’être responsable de rien. Et inversement, il est aussi séduisant de croire que comme chef je décide de tout je me sens le roi du pétrole, et les autres sont incapables. Dans les deux cas la grande oubliée est l’entreprise. L’intelligence et la créativité de tous ne sont pas capitalisées.

On se retrouve dans des relations affectives de frustration, de colère, de jugements… et on perd de vu que notre entreprise est là pour produire quelque chose.

 

Pour une gouvernance créative et plus efficiente

Gouvernance créativeIl est nécessaire alors  de clarifier les critères de prise de décision et les modalités de délégation, et introduire leur évaluation-régulation dans la durée avec une méthodologie adaptée.

Pour que l’entreprise reste ou devienne plus humaine, il ne s’agit pas de manger ensemble ou de croire que la bonne entente suffit. Il faut que chacun se sente reconnu dans sa dignité d’être humain responsable. C’est à dire capable de décider.

On ne peut pas donner ou enlever de la dignité à quelqu’un. C’est un sentiment trop personnel, la relation que chacun peut avoir avec sa propre dignité peut avoir de multiples causes externes à l’organisation. Pour autant il y a bien une « dignité professionnelle ». 

Nous vous proposons de la définir par la capacité à assumer les conséquences de ses décisions et de ses choix, à être confronté à ses responsabilités. Cette confrontation n’a pas pour objectif de réprimander, juger, ou sanctionner, (gardons les sanctions pour les fautes graves), mais pour tirer les leçons des résultats et faire évoluer ses pratiques, l’organisation, ou la stratégie globale et ainsi améliorer les résultats.

Chaque personne, quel que soit son rôle et sa position dans l’organisation est porteuse de créativité et peut contribuer à améliorer le fonctionnement. Il ne s’agit pas de débattre ni d’échanger des opinions, de donner des avis en vrac, mais de construire par une méthodologie collaborative et précise les moyens des solutions à mettre en œuvre. C’est ce que permet, entre-autre, la méthodologie Ariane.

Dans cette approche, nous ne parlons pas d’échec, voilà une notion sans intérêt à abandonner. Nous parlons de résultats atteints ou non atteints, et de la manière d’en tirer des leçons. Ariane propose un pilotage par l’évaluation régulation, appliqué à la chaine de décision, pour qu’on puisse évaluer les impacts et conséquences de chaque décision pour améliorer les résultats et non pour stigmatiser. 

Cette manière d’aborder la chaîne de décision renforce le sentiment d’appartenance, le mieux travailler ensemble et les résultats par la collaboration. Cela devient le cœur du fonctionnement quotidien.

Ariane Régulation 

contact@ariane-regulation.com